Comment résoudre la question
des silos de données dans l’entreprise ?

Quelles causes pour les silos de données ?

Les silos de données sont encore une réalité pour bien des organisations. Fragmentées par les pratiques des différents services et la collecte massive d’informations, ces données sont pourtant stratégiques pour l’entreprise. Fiabilité, unicité, valorisation pour toute l’entreprise, exploitabilité sont des impératifs ! Informations client, données financières ou liées au transport de marchandises : le désilotage de toutes les données passe par une bonne connaissance des causes, par la mise en place d’une organisation et de pratiques adaptées et par l’emploi des bons outils applicatifs.

Les silos de données nuisent tant à l’opérationnel et au SI qu’à la stratégie d’entreprise

Les silos de données sont synonymes d’informations métier cloisonnées dans les services au lieu de circuler dans l’entreprise et d’être valorisées. La conséquence : une perte d’efficacité aussi bien dans le quotidien des équipes qu’au niveau technique et décisionnel de l’entreprise.

Pour les collaborateurs, ces silos de données ont concrètement pour effet de :

  • Diminuer l’efficacité et le temps disponible des équipes, qui doivent retrouver et trier les données lorsque celles-ci sont nécessaires
  • Créer des doublons de données entre services, que les silos empêchent de rapprocher, et donc d’éliminer
  • Rendre l’obsolescence des données et leur cycle de vie difficiles à contrôler : un problème de taille pour le respect des réglementations, notamment le RGPD
  • Limiter l’enrichissement des données et le travail collaboratif : plusieurs versions de la donnée coexistent, lesquelles divisent la vision et créent des incohérences entre services

Plus globalement, cette forme de rétention de la donnée empêche le partage des visions métier, pourtant essentiel pour apporter précision et qualité au produit ou au service final.

Les silos ont également des impacts majeurs sur la circulation des flux de données, tels que :

  • Une plus grande lourdeur de l’IT : les silos créent un besoin de stockage plus important et de nombreux doublons
  • Le croisement des données issues de services différents est une opération complexe, contraignante sur le plan technique
  • La circulation de la donnée entre services cloisonnés génère des lenteurs et des interruptions : celles-ci nuisent non seulement à l’efficacité des métiers, mais aussi au parcours des utilisateurs. Il est alors impossible d’instaurer une expérience omnicanale.

Enfin, les instances décisionnelles de l’entreprise subissent elles aussi les retombées de l’organisation en silos : une information compartimentée, obsolète ou en doublon peut mener à des stratégies erronées et à des prises de décision préjudiciables pour l’entreprise.

Comment CARGONAUT a réussi à garantir la très haute disponibilté des flux EDI à l’Aéroport Schiphol Amsterdam ?

Les 3 sources des silos de données

On peut identifier trois principales sources à l’origine des silos de données :

1. Une organisation aux services cloisonnés

  • Les départements ont historiquement l’habitude de travailler sur leurs propres dossiers, avec leurs propres outils et sans les préparer au partage (feuilles Excel, outils métier de gestion d’entrepôt ou RH…).
  • Les normes, procédures et méthodes diffèrent d’un service à l’autre et appellent une collecte et un stockage des données différents (les canaux online et offline, par exemple, sont fréquemment séparés).
  • L’organisation de l’entreprise elle-même favorise parfois les silos et doit être entièrement repensée pour mener à la circulation transversale des données

2. Un SI peu ou pas adapté

  • L’architecture du SI peut ne pas être, à l’origine, pensée pour faire circuler l’information dans toute l’entreprise : les applications, appartenant autrefois à des plateformes propriétaires séparées, ont formé au fil du temps des couches systèmes hétérogènes et peu communicantes.
  • L’entreprise ne dispose pas toujours d’applications dédiées au transport de la donnée (ESB, EAI…)
  • Les outils de collecte et transport de la donnée ne prennent pas forcément en compte certaines spécificités métier importantes
  • L’information n’est pas centralisée ni unifiée. En l’absence de données de référence, les pratiques restent compartimentées par service

3. Une défiance envers l’ouverture des données

  • Chaque service souhaite généralement conserver ses méthodes et spécificités
  • Le changement technologique implique un effort et des changements d’habitudes chronophages
  • Les services redoutent de ne plus contrôler l’usage qui sera fait de leurs données

Projet d’urbanisation du SI : n’oubliez pas d’intégrer des activités humaines !

Instaurer une version unique de la donnée dans l’entreprise

Les données non unifiées freinent considérablement l’efficacité des entreprises. Leur bonne intégration doit donc être une priorité.

La gouvernance des données permet de mieux maîtriser les flux et d’organiser l’entreprise autour d’une version unique de la vérité, qui sera relayée d’un service à l’autre et actualisée en temps réel par les métiers concernés. Elle implique :

Un changement de culture des équipes : celles-ci doivent désormais aborder la donnée comme un outil de l’entreprise, et non un élément limité à leur seul département. Les outils collaboratifs viendront soutenir ce changement de culture et faciliter le contrôle de l’enrichissement par plusieurs sources.

Un soutien de l’IT : les outils logiciels doivent ancrer les pratiques de partage des données dans le quotidien. Il est impératif de choisir des applications qui harmonisent le SI et accélèrent les flux de données métiers, sans limitation de format.

Plus de transversalité des processus : ceux-ci doivent être fluides et non limités par les silos applicatifs ou les cloisonnements entre services. Prendre du recul sur les intervenants de chaque processus permet de mieux les exécuter.

Dans la pratique, pour structurer les flux de données et atteindre ce triple objectif, deux outils essentiels sont à privilégier : le référentiel MDM et le bus applicatif ESB se combinent pour définir et faire circuler une donnée qualifiée unique, simple à enrichir et à partager entre les métiers.

MDM

Un référentiel central qui permet de maîtriser la qualité et l’exhaustivité de la donnée. Les règles de gestion métier permettent de s’adapter très exactement aux pratiques de l’entreprise et de partager des données fiables.

Au préalable, il est essentiel de procéder à une mise en qualité des données pour éliminer les doublons et adapter la data aux pratiques de l’entreprise.

ESB

Un bus applicatif qui fait communiquer les applications, quel que soit leur format de données.

Les flux sont simplifiés et les données peuvent être enrichies par les intervenants en toute transparence.

L’ESB instaure une circulation cohérente et supervisée des flux, simplifiant le partage entre services et favorisant l’engagement des métiers.

Au-delà du désilotage de la donnée, l’urbanisation du SI permet d’améliorer la disponibilité des applications, et donc l’efficacité des métiers. Un cercle vertueux qui profite, en bout de chaîne, aux prises de décision et à la stratégie.

L’offre Blueway exploite pleinement la complémentarité entre MDM et ESB : la donnée qui circule parmi vos applications est fiable, à jour, et bénéficie immédiatement aux processus métiers. Les silos peuvent ainsi être éliminés sans contrainte majeure pour les collaborateurs, entraînant de vraies synergies au sein de l’organisation.

Vous souhaitez échanger sur les solutions de MDM ? Prenez rendez-vous !