Comment faire évoluer son SI Legacy grâce à la normalisation des échanges de données ?

SI Legacy ou Système d’Information Legacy

Introduction : les nouveaux enjeux soulevés par le SI legacy

En quelques décennies seulement, les systèmes d’information ont subi une profonde transformation. Avec le déploiement constant de nouvelles solutions digitales dans les entreprises, de nombreux outils deviennent obsolètes : le « système hérité », ou SI legacy, devient une vraie question de fond.

En raison de l’accélération des innovations technologiques durant les vingt dernières années, l’évolution des parcs applicatifs a été importante et difficile à maîtriser. Les applications des Systèmes d’Information ont bien souvent été développées de manière empirique, sans faire l’objet d’une véritable stratégie à long terme. Sur ce parc applicatif vieillissant repose aujourd’hui une partie des processus clés des entreprises.

En parallèle, les défis se multiplient : les fusions et acquisitions imposent d’unifier les SI et les processus, et la communication accrue avec les partenaires commerciaux nécessite de rationaliser les échanges. La mobilité et l’utilisation de solutions SaaS transforment rapidement le visage du SI moderne ! Sans compter que le rythme des évolutions technologiques et la diversification des infrastructures compliquent la tâche de migration des anciennes applications.

A ce besoin d’évolutivité s’ajoute une autre composante essentielle : le changement de gouvernance liée au SI sous l’impulsion des métiers. Ceux-ci sont plus impliqués que jamais dans les décisions stratégiques en matière de logiciels. Les solutions d’entreprise doivent répondre avec précision aux besoins métiers : au défi technique de transmission de l’information s’ajoute donc le besoin de résoudre les problématiques de terrain. L’évolution des briques applicatives, qu’elles concernent les nouvelles solutions ou le SI legacy, doit se faire avec un impact minimum sur la performance des équipes, et donc sur les processus en place.

Face à ces enjeux de performance, les entreprises doivent aujourd’hui réfléchir à la mise à niveau de leurs anciennes applications, mais aussi à la manière de structurer l’ensemble de leur SI pour mieux anticiper l’avenir.

Les impacts du SI Legacy sur l’organisation

Une grande partie des entreprises a fait évoluer son SI, avec notamment l’utilisation de solutions SaaS. Cette nouvelle couche applicative, venue s’ajouter aux applications legacy, bénéficie rarement d’une vraie synergie avec les anciennes applications. De ce manque d’urbanisation découlent de réelles problématiques pour les responsables métiers :

  • Complexité de l’ajout d’applications : le déploiement de nouvelles applications est complexifié par l’existence d’un parc historique non unifié. La communication point-à-point, très répandue dans les Systèmes d’Information, crée de nombreux flux uniques, difficiles à cartographier et maîtriser.
  • Information incomplète : les flux d’information désordonnés ne peuvent être traités correctement. L’information parvenant aux processus métiers est donc souvent incomplète ou mal structurée et ne peut être pleinement exploitée.
  • Lourdeurs de gestion : la gestion d’un parc applicatif disparate entraîne de nombreuses tâches à faible valeur ajoutée, qui mobilisent les équipes. L’unification de l’architecture SI peut, au contraire, donner lieu à des automatisations et faire gagner les collaborateurs en productivité.
  • Coûts de maintenance : Le SI Legacy implique souvent de maintenir plus de systèmes, lesquels sont parfois redondants. Il en résulte des coûts et des efforts inutiles, qui nuisent à la performance.
  • Perte de vision globale des processus : les processus métiers s’intègrent dans une stratégie globale, et il en va de même de l’information. Les flux nécessitent une véritable architecture pour assurer une continuité à chaque étape des projets.

L’évolution des processus et des logiciels creusent en permanence le fossé entre anciennes et nouvelles applications. Il est judicieux de réfléchir au plus tôt à une stratégie d’urbanisation et de rationalisation. Déployer les bonnes démarches et solutions permet de répondre aux exigences techniques et de répondre plus rapidement aux besoins métiers.

Quelle approche pour urbaniser son SI legacy ?

Dans un contexte où l’agilité est primordiale, il est impératif de mettre en place une démarche d’urbanisation de son Système d’information.

A la base de cette structuration se trouvent plusieurs principes clés :

Décloisonner l’information

Favoriser le décloisonnement de l’information

Lorsque les applications vieillissantes se multiplient, il devient essentiel d’instaurer une communication systématique et maîtrisée entre elles. L’urbanisation vise à éviter tout enfermement de l’information, et donc toute perte de performance.

Réaliser une cartographie des processus

Cartographier
ses processus d’entreprise

Les processus métiers ne doivent pas être contraints par les applications. Sur la base des besoins réels, IT et métiers modélisent ensemble les process au service d’un SI plus performant.

Architecture d’intégration

Organiser son architecture d’intégration

Une bonne communication entre applications doit s’associer à une architecture plus globale et évolutive. Cette prise de recul permet de maîtriser son SI et de maintenir un niveau de dépendance limité entre applications.

Ces principes permettent d’unifier la communication inter-applicative, et apportent plus de souplesse d’action, même en cas de profond changement de structure.

Répondre aux problématiques du SI legacy par l’urbanisation

L’urbanisation du SI apporte une réponse pertinente aux enjeux posés par le SI legacy, en facilitant :

  • Le décommissionnement des applications : la suppression de composants obsolètes permet de ne conserver que les éléments méritant d’être maintenus. Ce décommissionnement réduit les risques, les coûts, et permet de rationaliser le Système d’Information.
  • La réduction des dépendances : la circulation des données n’est plus contrainte par les anciennes applications et les difficultés liées à leur maintien. Les échanges normalisés deviennent exploitables dans tout l’écosystème de l’entreprise.
  • L’ajout plus simple de briques applicatives : dans un environnement unifié avec des flux d’information clairs, les briques logicielles s’insèrent et se retirent plus simplement, avec un impact maîtrisé sur l’action des métiers.
  • L’identification des nœuds applicatifs : connaître les points de contention par lesquels passent les flux de données, c’est mieux anticiper l’organisation de ces flux et les risques.
  • La prise de recul sur l’organisation des flux : la circulation des données tout au long de leur cycle de vie a un impact fort sur la mise en œuvre de la stratégie d’entreprise. L’urbanisation favorise également l’amélioration continue des flux et des processus.

Comment Citelum a-t-il urbanisé son SI autour d’une Architecture SOA ?

Des solutions logicielles concrètes au service de l’urbanisation

Au cœur de cette urbanisation se trouvent deux solutions essentielles, qui permettent de conjuguer gestion des flux et optimisation des processus :

L’ESB (Enterprise Service Bus)

L’ESB

La technologie de bus applicatif assure la circulation de l’information entre applications, sans qu’il soit nécessaire de développer une interface individuelle pour chacune d’entre elles. Chaque élément du SI peut ainsi puiser l’information nécessaire dans cet « Enterprise Service Bus ».

Cette solution garantit ainsi des échanges simplifiés et structurés entre applications récentes et legacy. Elle se met également au service de la stabilité de l’infrastructure : les briques applicatives peuvent être ajoutées ou modifiées tout en conservant des flux d’information constants et fiables.

Le bus applicatif permet également de gérer des enjeux courants pour les entreprises : distribution de volumes de données importants, enrichissement du référentiel de données, échanges synchrones et asynchrones…

Le BPM (Business Process Management)

Le BPM

Cette urbanisation des échanges n’est rien sans une parfaite adéquation entre flux de données et exigences métiers. Les processus, qui structurent l’action de l’entreprise, font circuler et vivre les données, mais également s’enrichissent de ces données collectées. C’est là qu’intervient le Business Process Management, solution qui permet de digitaliser les processus métier, mais aussi de renforcer leur agilité et leur adhérence au SI. Automatisation des tâches à plus faible valeur ajoutée, planification, suivi et règles de gestion : grâce à l’interopérabilité entre ESB et BPM, les processus s’appuient sur des informations toujours fiables et disponibles. Ils sont aussi adhérents au Système d’Information !

Mettez aussi à profit les autres dimensions de l’échange de données

Pour offrir un niveau de performance optimal, en interne mais aussi à destination des partenaires commerciaux, l’utilisation de ces solutions doit s’inscrire dans une logique d’Architecture Orientée Services (SOA).

La structuration des échanges contribue aussi à créer un écosystème cohérent avec le fonctionnement interne, et à mieux adapter l’offre de services aux partenaires.

Des solutions telles que l’API Management s’inscrivent dans cette démarche et assurent de gouverner l’exposition de ses API. Elles garantissent la gestion fine des consommations de données, et la gouvernance des API elles-mêmes, de leur déploiement à leur retrait. De cette manière, les échanges entre partenaires sont facilités, scalables et structurés, et les données sécurisées tout au long de leur cycle de vie.

Chez Blueway, nous sommes convaincus que vos enjeux métiers et l’évolution de votre Système d’Information ne doivent pas être contraintes par le SI Legacy et les réponses techniques ! C’est pourquoi nous proposons une plateforme qui unifie toutes les dimensions de l’échange d’information : ESB, BPM, MDM et APIM.

Vous souhaitez en savoir plus sur le Système d’Information legacy ? Échangez avec l’un de nos experts !

Au plaisir de discuter avec vous !