Articles

Comment s’y prendre pour initier puis mener à bien son projet d’urbanisation du système d’information ? En apparence, c’est un vaste programme. Mais de nombreuses organisations s’y sont déjà attelées avec succès, construisant une brique après l’autre les piliers de leur transformation digitale. 

Comme tous les secteurs, le monde agricole est agité par de profondes transformations : obligations réglementaires renforcées, nouveau paysage concurrentiel, modèle financier à stabiliser… La coopérative agricole dont il est question dans cette étude de cas a bien conscience de la nécessité de s’adapter à ces évolutions. Sous l’impulsion de la DSI, le groupe coopératif initie un chantier de transformation.

Voici les 5 fondamentaux qui ont structuré cette démarche :

1. Définition d’une trajectoire cible
du Système d’Information

L’objectif du projet d’urbanisation du SI : utiliser le digital pour accompagner la transformation de la coopérative, autour des axes stratégiques définis par la direction. Ce chantier vise aussi à s’affranchir des problématiques occasionnées par l’existence d’un important système hérité (SI legacy). 

La construction d’une stratégie omnicanale est au cœur de cette transformation. Il s’agit d’améliorer le niveau de services apporté aux agriculteurs adhérents à la coopérative et d’en faciliter l’accès grâce à un point d’entrée unique. 

Coopératives agricoles :
Comment consolider sa vision 360° de l’exploitation agricole ?

2. Déclinaison de la stratégie
d’urbanisation en étapes projet

La coopérative prend pour point d’ancrage la finalité recherchée, puis décline le projet d’urbanisation en 4 étapes qui viennent supporter cet objectif : 

  • Étape 1 : Structuration du MDM Tiers
  • Étape 2 : Mise en place du MDM Articles.  
  • Étape 3 : Travail sur la trajectoire ERP afin de fiabiliser les données en support de la stratégie omnicanale et du e-commerce. 
  • Étape 4 (finale) : Déploiement des fonctions d’e-ordering puis d’e-commerce pour supporter le développement de l’activité.  

La mise en place des modules MDM pour structurer les référentiels issus du SI legacy constitue le point de départ de la démarche. Cela permet de solidifier le fonctionnement de l’architecture et la cartographie applicative avant de placer des briques supplémentaires. 

Le projet inclut également un chantier transverse de migration de l’infrastructure de l’on-premise vers le Cloud.

3. Réalisation de la cartographie
fonctionnelle cible 

Cartographier les flux de données matérialise l’architecture à mettre en place pour se détacher du fonctionnement de point à point. 

La coopérative décide de passer par une gare de triage EAI (Enterprise Application Integration) afin d’interfacer tous les référentiels de données avec les applications existantes héritées, l’ERP et les logiciels métiers. L’objectif est d’exploiter les données consolidées pour alimenter les solutions de gestion : CRM (Customer Relationship Management), outils de BI et OAD (Outils d’aide à la décision), solutions e-commerce, etc.

4. Mise en place de la vision 360° de l’exploitation agricole grâce à l’architecture MDM Tiers 

Pour la coopérative, la nécessité de mieux connaître ses adhérents est centrale à ce projet d’urbanisation. Leur profil évolue à mesure que le modèle agricole se transforme. Le digital offre de nouvelles perspectives pour leur apporter davantage de valeur ajoutée, mais cela requiert une fine connaissance de leurs caractéristiques et de leurs besoins. 

La structuration du référentiel Tiers permet de poser les briques fondamentales à la construction d’une vision à 360° de ses adhérents. Concrètement, il s’agit d’ajouter au sein du référentiel les différentes facettes qui caractérisent le profil de chaque adhérent, en prenant en compte les nouvelles réalités du métier (pluriactivité, diversification des d’activités pratiquées, nouveaux modèles agricoles, etc.). Ces caractéristiques sont directement ajoutées à l’architecture du MDM Tiers.

La mise en place d’une hiérarchie Tiers permet par ailleurs de rattacher des tiers entre eux afin d’obtenir une vision consolidée de chaque exploitation agricole et de ses décideurs (pour gérer par exemple un exploitant à la tête de plusieurs fermes).  

5. Constitution d’une équipe projet plurielle autour de l’urbanisation du SI

L’un des critères de succès de la démarche est d’en faire bien plus qu’une simple base de données partagée. Dès le départ le ton est posé : c’est un projet Groupe et un outil au service de tous. 

Dans cette logique, l’équipe projet fédère différentes expertises, à la fois bénéficiaires et prescriptrices :

  • Le marketing et les référents terrains. Ils apportent la connaissance client, que le MDM va permettre d’approfondir.
  • la Finance, dont l’implication est essentielle dans tout projet SI. Elle bénéficiera d’une meilleure vision comptable grâce à l’urbanisation du SI. 
  • la DSI, garante de la trajectoire du projet. L’équipe gagnera en autonomie, pour mieux accompagner la croissance de la coopérative (intégration simplifiée des nouvelles sociétés dans le SI, centralisation des interfaces, moins de développements spécifiques, etc.).

_____

Et après ?

L’urbanisation du SI est un chantier d’amélioration continu : bien que la dynamique collective positive soit présente dès le début, la conduite du changement ne doit pas être sous-estimée. La définition de nouvelles responsabilités est notamment nécessaire pour faire vivre les référentiels dans le temps. Mais l’adoption d’une approche phasée permet de percevoir rapidement des résultats positifs, en particulier sur la montée en qualité de la donnée grâce au dédoublonnage. Cette démarche permet de fédérer autour du projet et aide à garder le cap. 

Vous souhaitez en savoir plus sur notre solution dédiée aux coopératives et négoces agricoles ?