Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment les Composite Services réussissent à conjuguer innovation et optimisation ?   

Table des matières
Partager :
Découvrez la Data Platform Phoenix
composite services

Un Composite Service rassemble plusieurs services existants pour apporter une réponse rapide à un besoin métier spécifique. Il peut être assemblé à partir des services internes à l’organisation, mais également à partir de services délivrés par des partenaires ou des tiers. Cette méthode vise à maximiser la réutilisation de ces services et autorise des combinaisons multiples. Celles-ci permettront la création de services plus complexes et flexibles grâce à des couches fonctionnelles faiblement couplées. Alexis de Saint Jean, directeur de l’innovation chez Blueway, nous dévoile les secrets de ces « briques de LEGO® » essentielles à l’architecture orientée services.

Pouvez-vous nous rappeler la notion de Composite Service ?

Dans Composite Service, il y a la notion de fournir (composer) une réponse (le service) à une question posée. On peut voir ces Composite Services comme des briques de LEGO. Il y en a de plusieurs tailles, formes, couleurs, chacune ayant son utilité pour édifier un ensemble plus grand : une maison, une usine ou une voiture… qui peut être déconstruite, la brique pourra alors être réutilisée pour faire toute autre chose.

Dans le concept de Composite Service c’est exactement la même chose. On utilise des petits services – appelés généralement des « services atomiques » ou « services unitaires » – que l’on peut assembler pour répondre à des besoins plus complexes.

« L’un des principaux intérêts dans la notion de composite est de pouvoir mixer des services. « l’APIsation » actuelle du paysage IT et les standards associés simplifient d’autant cette approche. »

Alexis de Saint Jean – Directeur de l’innovation chez Blueway

Il est alors possible d’obtenir des résultats très différents : par exemple gérer l’exposition de données ou combiner IA et exposition de données (pour faire du traitement du langage naturel (NLP) par exemple). Pour fabriquer quelque chose de complexe, il suffit donc de « piocher » dans le catalogue de Composite Services et de les assembler convenablement.

Livre blanc ESB et BPM

Téléchargez notre livre blanc sur l’interopérabilité entre les données et les processus

En quoi cette approche autour des Composite Services est innovante ?

À partir du moment où un petit service élémentaire est construit, il peut être utilisé dans N application, même dans des domaines métiers différents. Prenons l’exemple d’un service de reconnaissance de texte, que ce soit dans le domaine de la finance, du légal ou autre, il va toujours rendre le même service : à savoir capter le contenu d’un document, l’analyser et renvoyer du texte. C’est un élément clé lorsque ce service est pensé pour fonctionner avec une Architecture Orientée Services (AOS ou SOA), car elle favorise le couplage faible (loose coupling) entre la mise à l’échelle et cette notion d’agilité dans la réutilisation, la modification et l’évolutivité.

« La création de services atomiques, leur enrichissement puis leur mutualisation permet d’élaborer plus simplement des applications no-code/low-code sécurisées directement utilisables par le métier. »

Alexis de Saint Jean – Directeur de l’innovation chez Blueway

L’explosion actuelle du no-code/low-code permet de créer des applications dédiées très rapidement. Ces dernières consomment des API, des services, et peuvent donc être vues comme « la finalité » du Composite Service. Le BPM (Business Process Management) représente un très bon exemple, car il s’agit d’un assemblage de services à destination d’un besoin métier particulier qui vise à digitaliser des processus.

« L’approche Composite Services permet d’accélérer le prototypage, l’intégration de nouvelles solutions et favorise l’innovation. »

Alexis de Saint Jean – Directeur de l’innovation chez Blueway

Quels sont les autres avantages de cette approche Composite Services ? 

Avec des services atomiques que l’on combine ensemble pour faire des services plus complexes, les avantages les plus évidents sont la réutilisabilité, la flexibilité et la simplification de la maintenance. C’est une vision très différente de l’approche monolithique que l’on voyait régulièrement il y a encore quelques années.

Dans un monde qui va toujours plus vite ou le time-to-market est devenu un mantra, cette réutilisabilité apporte un véritable gain.  

« Avec le concept de Composite Services, je créé une fois et j’utilise 1000 fois »

Alexis de Saint Jean – Directeur de l’innovation chez Blueway

De même, lorsqu’un service doit être modifié parce qu’un besoin métier a changé, et qu’il s’appuie sur plusieurs petits services, il faut juste modifier le service ad hoc et non l’ensemble. Comme le couplage est faible entre les différentes couches représentées par les Composite Services, la modification mais aussi la maintenance sont beaucoup plus aisées que dans une approche monolithique. Le Composite Service sert également à répondre à l’enjeu d’augmentation des performances d’un service grâce à sa rapidité de mise à l’échelle, surtout dans un contexte Cloud qui amène cette facilité « d’élargir » les ressources.

Interview d'expert ESB vs ETL

Téléchargez notre avis d’expert sur la distinction entre ESB et ETL

Quel rôle joue une plateforme iPaas dans ce contexte ?

Pour pouvoir bénéficier de tous les avantages amenés par une approche Composite Service, il faut pouvoir s’affranchir de l’hétérogénéité de l’écosystème (On Premise ou Cloud) et des différentes technologies qui entrent en jeu. Il faut également se poser les questions suivantes : en multipliant la quantité de services atomiques et de services plus complexes, comment faire pour garder le contrôle, centraliser et assurer la gouvernance, garantir les bonnes règles de sécurité ?

« Les notions d’architecture orientée service (SOA) et d’Integration Plateforme As A Service (iPaas) sont indissociables de la notion de Composite Service. »

Alexis de Saint Jean – Directeur de l’innovation chez Blueway

Pour répondre à ces enjeux il faut des outils capables de supporter et de centraliser tous ces services. Notamment lorsqu’il s’agit d’intégrer différentes briques du système applicatif, et plus largement pour centraliser toutes les API pour des services internes à l’organisation, ou externes. 

En effet, dans une organisation il est tout à fait possible de construire à la fois ses propres services basés sur des applicatifs internes, mais également de recourir à des services sur étagères fournis par les grands fournisseurs Cloud , ou d’autres partenaires externes. Une plateforme qui permet de centraliser, de gouverner et de produire ces services apparaît donc comme nécessaire.

« Une plateforme iPaas apporte une façon unifiée de développer et de déployer des Composites Services, tout en minimisant les risques de gouvernance et de sécurité. »

Alexis de Saint Jean – Directeur de l’innovation chez Blueway

Attention toutefois à la multiplication des Composites Services.  Il faut trouver le bon équilibre entre la quantité de services atomiques à disposition, de couches applicatives créées, du nombre de stratégies de code déployées et des façons de développer. Et c’est une plateforme iPaas qui va justement permettre de gérer tous ces aspects qui peuvent être centralisés et monitorés, à l’image de Data Foundation, le socle technologique de la plateforme Phoenix dédié au transport, à la manipulation, au contrôle et à l’exposition de la donnée, dans une logique SOA.

Prendre rendez-vous

Échangez sur l’interopérabilité avec un expert Blueway !

Auteur
Alexis de Saint Jean
Directeur Innovation Fasciné par l’impact des nouvelles technologies sur nos organisations et sur notre environnement, Alexis est un mélange bien dosé de data, de cloud, de curiosité et de bonne humeur. Son expérience de près de 20 ans lui permet d’apporter une vision globale du marché et d’en évaluer les tendances clés. Au besoin, il peut aussi vous préparer quelques belles pizzas au feu de bois…
Dans la catégorie Intéropérabilité et flux