Le concept d’entreprise étendue est fondé sur l’importance de la collaboration entre tous les acteurs d’une chaîne de valeur (ex : co-conception de produits, assemblage de systèmes complexes, supply chain, fournisseurs/distributeurs…).

Derrière ce terme apparu dans les années 1990 et très à la mode ces dernières années, on retrouve d’autres concepts : écosystème fournisseurs, cocréation, système en réseau…

Mais, pour être concret, il s’agit de la mise en réseau et de l’intégration de tous les acteurs de la chaine : clients, fournisseurs, partenaires… Le lien est alors direct avec les enjeux d’ouverture du Système d’Information ! En effet, les applications sont passées de moyens d’accès au contenu aux principaux canaux d’interaction entre une entreprise et ses clients, employés, fournisseurs et partenaires.

 Toutefois, si le besoin d’ouverture est bien appréhendé par les entreprises, définir une stratégie d’intégration efficace avec son écosystème est beaucoup moins évident ! C’est pourtant le socle de l’entreprise étendue. Stabilité, temps réel, scalabilité, standardisation, sécurité, gouvernance, monitoring… : cette stratégie d’ouverture est directement liée au développement de l’entreprise et à l’évolution de ses business models.

ESB & APIM : les deux facettes de la stratégie d’intégration

La stratégie d’intégration avec son écosystème repose sur deux briques complémentaires :

Si on peut voir des similitudes au niveau des solutions entre un ESB et la gestion des API, cela ne signifie pas que l’un peut jouer le rôle de l’autre mais plutôt qu’ils sont les deux faces d’une même pièce.

D’un point de vue des solutions à implémenter, il s’agit bien de deux étapes complémentaires, chacune avec un objectif précis :

Stratégie d’intégration d’un ESB

ESB

L’ESB ou Enterprise Service Bus peut se définir comme un ensemble d’outils qui sécurise les échanges entre les sources et les cibles d’un système d’information. Le composant central d’un ESB peut être représenté par un canal permettant de faire circuler l’information entre les applications, le “bus applicatif”.

Stratégie d’intégration de l’API Management

APIM

L’API Management a pour but de gérer et d’industrialiser l’exposition d’API (Application Programming Interface). C’est-à-dire la publication, promotion, supervision des échanges entre un service fournisseur et un service client. L’API Management fournit des portails qui permettent de suivre l’utilisation des API exposées.

Les questions clés à se poser pour structurer sa stratégie d’intégration ESB APIM

Dès lors que les deux solutions ont été identifiées et leurs rôles respectifs définis, la question est de savoir quelle est la stratégie d’intégration à mettre en place avec son écosystème !

Il n’existe pas de stratégie d’intégration parfaite qui conviendrait à toutes les entreprises. De fait, elle diffère suivant l’importance du partage d’informations au sein de son business model et l’évolution des échanges et des services avec son écosystème. Les considérations métiers doivent primer sur les contraintes techniques !

Plusieurs questions permettent ainsi de définir un premier cadre à sa stratégie d’intégration ESB APIM :

  1. Que souhaitez-vous exposer, à qui et avec quels objectifs ?
  2. Quels sont vos besoins métiers engendrés par votre business model au niveau des flux d’informations entrants et sortants? Il s’agit de confronter les flux et son business model afin de définir les services nécessaires et la consommation cible.
  3. Quels sont les niveaux de sécurité et de contrôle nécessaires ?
  4. A quelle vitesse faudra-t-il étendre l’intégration ? Quelle est la scalabilité attendue de chaque service ?
  5. Quel est votre niveau de granularité souhaité dans l’ouverture des services ? Y a-t-il des différences d’accès dès le démarrage (ex : entre les 10 clients premiums et les autres) ?
  6. Quelle est la maturité de votre écosystème ? Les fournisseurs vont-ils devoir faire un effort pour standardiser la fourniture de leurs données ? En effet, le développement de votre stratégie d’intégration et sa scalabilité sont aussi conditionnés par la capacité de votre écosystème à s’y impliquer.
  7. Est-il nécessaire de définir en amont des processus avec vos partenaires ? Dans certains cas, comme l’exposition de données (par exemple la fourniture de données de catalogue) ce n’est pas requis, dans d’autres cas plus complexes, ils sont essentiels !
  8. Quelle est la nature du partage d’informations ? Est-on dans une logique de partenariat ? Fournit-on des services gratuits ou payants ?

Conclusion : vos objectifs métiers doivent piloter votre stratégie d’intégration ESB APIM

Si, d’un point de vue business, ces possibilités d’intégration représentent une transformation de fond qui ouvre de multiples portes, d’un point de vue IT il s’agit surtout d’étendre la stratégie orientée service de son SI interne à son écosystème. Dans son principe la démarche est donc aussi évidente : éviter de multiplier les connexions point à point entre les applications.

Certes, il y a donc quelques sujets techniques (versioning d’API, token de sécurité, DMZ…), mais avant tout c’est la transformation de votre métier qui doit être à la source de votre stratégie d’intégration et d’ouverture !

L’interopérabilité entre processus et données : le cœur d’une entreprise agile

Vous souhaitez partager des retours d’expérience autour de la gouvernance des échanges avec son écosystème et de l’entreprise étendue ? Contactez-nous nos experts !